La classe d’antan

30 Oct

Jean Charles Blondeau est un enseignant de FLE free-lance qui vit et travaille en Espagne. Il est un inconditionnel d’internet :

Le Laptop est le fidèle compagnon de mes cours de FLE depuis maintenant plus de 5 ans et je n’envisage plus une seconde de donner un cours sans son assistance.

Je me souviens encore des livres, des journaux, des photocopieuses, du magnétophone et des cassettes, des feutres ; et je me souviens aussi et surtout du gros cartable bien rempli afin de répondre aux besoins de mes longues journées de cours.

Sur son site il partage sa méthodologie et explique très bien comment il procède  pour arriver « les mains dans les poches  » dans les classes d’étudiants, adultes il est vrai. En amont un sérieux travail de préparation évidemment.

Le FLE dans les nuages

http://www.blondeau.us/blog/?p=176

Dans un diaporama récent il évoque les bouleversements de la classe traditionnelle avec les nouveaux outils du web 2.0

avant

bateleur_tarot
Oui les élèves ont changé, oui les ressources sont abondantes, les outils sont convaincants, mais comment se fait-il que les professeurs ne se soient pas transformés en super facilitateurs, accompagnateurs, animateurs et jongleurs d’outils ?

Les enseignants n’ont peut-être pas toujours peur de la nouveauté, ils sont surtout accablés  par la diversité qui est aujourd’hui le plus grand mangeur de temps !

TOUT est possible ou presque, nous dit Jean Charles Blondeau.
C’est justement le problème : choisir des solutions adéquates demande d’une part une certaine connaissance de l’existant, et les offres dans le domaine sont pléthoriques, d’autre part un choix  d’enseignement.

Alors, comment s’engager dans la voie d’un enseignement connecté ? En revenant aux fondamentaux de la pédagogie : s’interroger sur son public, sur ses besoins et ses intérêts.

Et on repense à cette bonne classe d’antan : Que faisait donc Freinet dans les années 30 en France ?  Avant les choses n’étaient pas aussi simples non plus pour ceux qui ne voulaient pas seulement instruire.

Il n’y a pas un avant et un après Internet, il y des questions pédagogiques qui ne sont toujours pas résolues : tant que nous n’aurons pas compris cela, l’utilisation des technologies de communication demeurera superficielle et essentiellement administrative (Cf les ENT et autres TBI)

Une Réponse vers “La classe d’antan”

  1. Jean-Charles Blondeau 10 octobre 2009 à 17 h 02 mi #

    Merci Martine pour votre lecture.
    Je suis tout à fait d’accord que les TIC ne résolvent en rien les questions pédagogiques.
    Un bon prof. est un bon prof. avec ou sans TIC, avec ou sans moyens. Les TIC n’interviennent qu’en terme de quantité, de diversité et de qualité des outils disponibles pour notre lent travail de construction.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :