L’infodépendance

10 Mar

L’info c’est les autres, et quelquefois même c’est l’enfer !

L’Express vient de publier une grande étude sur les nouveaux modes de consommation de l’information des Français intitulée « Without Information, are we nothing ? ». On se demande d’ailleurs pourquoi la question se pose en anglais : parce que  tout ce qui est nouveau ne pourrait pas être énoncé en français, parce qu’on veut signifier par là que lorsque quelque chose se passe, c’est forcément en anglais ?  Bref, cette étude nous renseigne autant sur les poncifs d’une certaine culture de jeunes étudiants en communication et marketing  parisiens que sur les habitudes de consommation de l’information des Français.

Un élément de l’enquête me semble intéressant pour tous les métiers comme celui d’enseignant, de médiateur, où il devient impératif de savoir trier, filtrer et travailler sur l’information : une majorité de personnes recherche une information plus approfondie, qui exprime un certain recul, une analyse.

82% des jeunes de 15 à 24 ans se sentent submergés par l’information.

Ils pourraient peut-être retrouver l’intérêt des  « slow news » : des billets de blogs, des commentaires des dossiers, des reportages, des wikis étoffés, des controverses. Passer à la production personnelle ou collective est un sacré ralentisseur, pas forcément synonyme d’ennui, qui donne de la valeur aux flux qui nous traversent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :